Point G-2 : L’affirmation qu’aucun délit d’initié sur “Options de vente”
Point G-2 : n’a eu lieu avant le 11 Septembre

<< Point précédent, Point suivant >>

Introduction

Dans le mois qui a suivi le 11/9, de nombreux commentaires sont apparus dans la presse concernant des personnes qui auraient fait d’énormes profits grâce à la préconnaissance des attentats. [1]

La version officielle

En 2004, le Rapport de la Commission sur le 11/9 expliquait : « De nombreux médias ont longuement parlé de certaines allégations selon lesquelles des délits d’initiés avaient eu lieu avant le 11/9 » et qu’il y avait eu des opérations inhabituelles sur des « put options – des investissements qui deviennent rentables seulement lorsque le prix d’une action baisse. » [2] Cependant la Commission a affirmé que « des enquêtes exhaustives conduites par la Securities and Exchange Commission, le FBI, et d’autres agences n’ont découvert aucun élément prouvant qu’une préconnaissance des attentats avait été exploitée lors de transactions sur des titres financiers. » [3]

Par exemple, « le volume de put options … a brusquement augmenté pour les sociétés mères d’United Airlines le 10 septembre, » et cela ressemblait « à une opération hautement suspecte. » Pourtant, « de plus amples investigations ont révélé que les transactions n’avaient aucun lien avec le 11-Septembre. Un seul et unique investisseur institutionnel basé aux USA, sans aucun lien avec al-Qaïda, avait acheté 95% des put options sur United Airlines le 6 septembre, dans le cadre d’une stratégie financière qui incluait également 115 000 actions d’American Airlines le 10 septembre. » [4]

Les éléments les plus probants contre cette version officielle

Il existe trois raisons de rejeter l’affirmation de la Commission sur le 11/9 réfutant l’hypothèse que des profits considérables ont été faits grâce à la préconnaissance des attentats du 11/9.

Premièrement, la Commission sur le 11/9 n’a pas démontré qu’il n’y avait pas eu de délits d’initiés basés sur la préconnaissance des événements du 11/9, mais s’est contentée de l’affirmer.

Deuxièmement, la Commission a utilisé un argumentaire circulaire au sujet d’United Airlines : en expliquant que la plupart des put options sur United Airlines avaient été achetées par un investisseur « sans aucun lien imaginable avec al-Qaïda, » la commission présuppose tout simplement que le 11/9 a été planifié et exécuté par al-Qaïda seule, sans que personne d’autre n’ait eu connaissance à l’avance des attentats.

Troisièmement, des économètres – les spécialistes qui utilisent des analyses statistiques pour obtenir des résultats objectifs en économie – ont publié des études montrant les occurrences de toutes les transactions inhabituelles avant le 11/9 qui avaient généré d’importants profits, révélant ainsi une forte probabilité de délit d’initié.

Par exemple, l’analyse des put options sur United et American Airlines achetées entre le 5 et le 10 septembre 2001, menée par un professeur de finance de l’Université de l’Illinois et publiée dans un journal renommé, a conclu que les éléments de preuve étaient « compatibles avec l’hypothèse que les terroristes ou leurs associés aient effectué des transactions financières avant le 11/9. » [5]

Une autre étude économétrique publiée dans un journal renommé a conclu que « les volumes anormaux de transactions … fournissent des éléments circonstanciels crédibles à l’appui de l’hypothèse de délits d’initiés. » [6]

Une étude plus complète, par les professeurs du Swiss Finance Institute et du Swiss Banking Institute [7] montre que des profits de 15 millions de dollars ont probablement été faits par la vente de put options sur des actions de Boeing, Merrill Lynch, J.P. Morgan, Citigroup, et Bank of America. [8]

Ces enquêtes économétriques, parues en 2006, 2010 et 2011, n’ont été remises en cause par aucun professionnel ou entité gouvernementale.

<< Point précédent, Point précédent Point suivant >>

Références du Point G-2
Par exemple, la BBC écrivait une semaine après les attentats : « Le Financial Services Authority, les chiens de garde de la City, a lancé une enquête concernant des mouvements anormaux sur les prix d’actions à Londres observés avant les atrocités de la semaine dernière. Le London Times rapporte que les autorités américaines enquêtent actuellement sur des volumes inhabituellement importants de ventes d’actions sur des compagnies aériennes ou d’assurance. Certains soupçonnent que ces ventes ont été faites par des personnes ayant eu connaissance des attentats à venir. » (“Papers Salute New York Stock Exchange,” BBC News, mardi 18 septembre 2001.
Ibid., p 172
Ibid., 499, n. 130.
Allen M. Poteshman, “Unusual Option Market Activity and the Terrorist Attacks of September 11, 2001”, (“Activité inhabituelle sur les marchés d’actions, et attentats terroristes du 11 septembre 2011”, Journal of Business, 79 (2006): 1703-26; (sauvegarde de pdf).
Wing-Keung Wong, Howard E. Thompson, et Kweehong, Teh, “Was there Abnormal Trading in the S&P 500 Index Options Prior to the September 11 Attacks?” (« Y a-t-il eu des transactions financières anormales sur l’Index Options S&P 500 avant les attentats du 11 septembre 2001 ? », Multinational Finance Journal, 15/1-2 (2011): 1-46, à 43.
Marc Chesney, Remo Crameri, et Loriano Mancini, “Detecting Informed Trading Activities in the Options Markets”, (“Détection des Délits d’initiés sur le marché des Options”), Swiss Finance Institute Research Paper, 7 septembre 2011. Voir aussi en français l’article paru sur ReOpenNews “11-Septembre : la méthode statistique permettant de détecter de possibles délits d’initiés sur Options proposée par le professeur de Finance Marc Chesney et ses co-auteurs, n’intéresse pas les milieux financiers
Voir Tableau 2, de Paul Zarembka, “Evidence of Insider Trading Before September 11th Re-examined”, Audiences Internationales (International Hearings) sur le 11 septembre 2001, du 8 au 11 septembre 2011, Ryerson University, Toronto.

 

Comments are closed.