Point MC-8 : Les activités du général de brigade
Point MC-8 : Montague Winfield entre 8 h 30 et 10 h 30

<< Point précédent, Point suivant >>

Introduction

La mission du Centre de Commandement militaire national (NMCC), telle que l’a expliquée le Rapport de la Commission d’enquête sur les attentats du 11-Septembre, était de “réunir les parties concernées et d’établir la chaîne de commandement entre l’Autorité de Commandement national – le Président et le Secrétaire à la Défense – et ceux qui étaient chargés de transmettre leurs ordres.” [1] La personne en charge de cette action était le directeur adjoint des Opérations (DDO) du NMCC. En septembre 2001, le DDO était le général de brigade Montague Winfield. Néanmoins, d’autres personnes ayant les compétences requises pour cette fonction pouvaient assurer l’intérim à ce poste. [2]

Sur la question de savoir qui occupait le poste de DDO le matin du 11-Septembre entre 8 h 30 et un peu après 10 h, il existe deux versions contradictoires. Pendant presque deux ans après le 11-Septembre, il a généralement été admis que les fonctions de DDO avaient été assumées par Winfield lui-même. Mais le 21 juin 2003, le Pentagone fit un exposé à neuf membres de la Commission d’enquête au cours duquel il leur fut dit que “le 11-Septembre, le DDO par intérim était le Capitaine de Vaisseau Charles Joseph Leidig”. [3] Les deux versions sont étayées par des preuves. Ce point est donc divisé en deux parties : la version officielle Nº1 et la version officielle Nº2.

Version officielle Nº1

Le général de brigade Montague Winfield était aux commandes du poste de DDO le matin du 11-Septembre comme le montrent un certain nombre de faits.

  1. Dans la semaine qui a suivi le premier anniversaire des attentats, des émissions spéciales ont présenté Winfield comme étant de service au NMCC.
    • Winfield et le NMCC ont été mis en avant dans une rétrospective de CNN au cours de laquelle la correspondante du Pentagone, Barbara Starr, a indiqué que “le général de brigade Montague Winfield était aux commandes du centre nerveux militaire mondial ce matin-là”.
    • Après l’attentat contre le Pentagone, Starr a déclaré : “Winfield et son équipe n’ont pas ressenti l’impact … Winfield est en train de passer des appels sécurisés avec la Maison Blanche, la FAA et le NORAD”. [4]
    • Winfield a été présenté de la même manière dans une émission spéciale de la chaîne ABC en 2002, au cours de laquelle il faisait un récit dramatique des tentatives de l’armée pour intercepter le vol UA 93 (lequel, selon les affirmations de la Commission, s’est écrasé à Shanksville, en Pennsylvanie). [5]
  2. Le Général Richard Myers, qui le 11-Septembre était le Président du Comité des chefs d’états-majors interarmées (JCS), déclara dans son livre sorti en 2009 : “Le général de brigade Montague Winfield était l’officier de service en charge du Centre ce matin-là … Le Général Winfield a fait du bon boulot pour gérer le flux d’informations et maintenir informée la chaîne de commandement.” [6]
  3. Dans la biographie de Winfield, on peut lire : “Le général de brigade Winfield servait comme directeur adjoint des Opérations au NMCC dans le « Directorat J3 ». Il était présent en tant que général, responsable pendant les attaques terroristes du 11-Septembre”. [7]

Suite à quoi, et bien que différents porte-paroles du Pentagone, dont Winfield lui-même, aient initialement déclaré que Winfield était le DDO pendant les attaques, le Pentagone a indiqué que la version d’origine n’était pas la bonne.

Le rejet de la version officielle Nº1 (remplace ici l’habituelle rubrique “Les éléments les plus probants”)

En dépit de ce que le public avait été précédemment conduit à croire – comme indiqué dans l’introduction ci-dessus – neuf membres de la Commission ont été informés par le Pentagone le 21 juillet 2003 qu’un autre officier, le capitaine Charles Joseph Leidig, assurait les fonctions de DDO au moment des attentats. [8]

Le 29 avril 2004, Leidig a été auditionné par cinq membres de la Commission. Le préambule à la retranscription de cette audition indique que Winfield “avait été convoqué par l’USAF à une réunion d’officiers généraux pour l’évaluation de plusieurs officiers de l’Armée de l’Air”, et que “de telles réunions ne sont pas perturbées sans raison majeure.” [9]

En mai 2004, les membres de la Commission eurent deux entretiens avec le Commandant Patrick Gardner qui parla de Leidig comme étant le DDO par intérim le 11-Septembre. [10]

Version officielle Nº2
Selon l’exposé fait à neuf membres de la Commission le 21 juillet 2003 :

  • Le DDO par intérim était le Capitaine de vaisseau Charles Joseph Leidig, un suppléant qualifié remplaçant le DDO responsable de l’Équipe 2, le général de brigade Winfield, qui participait à une réunion confidentielle sans lien avec les événements, organisée par l’USAF pour traiter de l’évaluation d’officiers de l’Armée de l’Air.”
  • Le Capitaine de Vaisseau Leidig a été le principal DDO pendant la première phase de réaction aux événements au fur et à mesure que ceux-ci se déroulaient. Le général de brigade Winfield a repris le commandement dès son retour au NMCC.” [11]

Des informations supplémentaires ont été fournies le 29 avril 2004, quand Miles Kara et quatre autres membres de la Commission ont eu un entretien avec Leidig. [12]

  • Le préambule, préparé par Kara, indiquait que “le 11-Septembre, le Capitaine de vaisseau Leidig était le DDO opérationnel … Il remplaçait le DDO responsable de l’Équipe 2, à l’époque, le général de Brigade Montague Winfield, qui participait à une réunion dans les locaux de l’état-major interarmées sur un autre site. Cette réunion, convoquée par l’USAF, s’adressait aux officiers généraux et visait à évaluer des officiers de l’Armée de l’Air. De telles réunions ne sont généralement pas perturbées sans raison majeure.” [13]
  • Leidig a fourni des informations le concernant : “Il faisait partie de l’état-major depuis mi-juillet et avait été qualifié au poste de DDO environ un mois avant le 11-Septembre. Il était qualifié pour remplacer n’importe lequel des DDO qui dirigeaient les cinq équipes de surveillance du NMCC.” [14]
  • Concernant le remplacement de Winfield, Leidig déclara : “Le Général Winfield lui avait demandé, l’après-midi précédent, s’il voulait bien le remplacer comme DDO de l’Équipe 2. En accord avec Winfield, il arriva le lendemain matin à 8 h 30, prit connaissance des dernières informations … et assuma les fonctions de DDO. L’assistant du DDO était le commandant Pat Gardner de la Marine. Il n’a pas réussi à se rappeler le nom des autres membres de l’Équipe 2 présents ce jour-là.” [15]
  • Après avoir décrit la séquence des événements qui s’étaient produits alors qu’il était DDO par intérim, Leidig indiqua qu’à un certain moment, le général Myers “réalisa que le coordinateur n’était pas un Général tel que l’exige la fonction”, et “il recommanda que le Général Winfield soit mis au courant et reprenne son poste.” Finalement, “le général Winfield prit la relève à un certain point, en rapport avec le crash en Pennsylvanie.” [16]

Lors des deux auditions du Commandant Patrick Gardner par les membres de la Commission en mai 2004, celui-ci confirma les déclarations faites par Leidig le 29 avril, à savoir que le 11-Septembre, il intervenait comme assistant du DDO tandis que Leidig occupait le poste de DDO par intérim. [17]

Le 17 juin 2004, il y eut une audience de la Commission au cours de laquelle le public fut tout d’abord informé du rôle de Leidig en tant que DDO le 11-Septembre. Après que le Président Thomas Kean l’eut présenté, [18] Leidig fit une courte déclaration à la Commission :

  • Environ deux mois avant le 11 septembre 2001, j’ai assumé des fonctions d’adjoint aux Opérations au Centre de commandement … En août 2001, j’ai reçu la qualification pour assurer la surveillance en tant que DDO au NMCC.”
  • Le 10 septembre 2001, le général de brigade Winfield m’a demandé de prendre en charge une partie de ses responsabilités de DDO le jour suivant. J’ai donné mon accord et j’ai remplacé le général de brigade Winfield le 11 septembre 2001 à 8 h 30.” [19]
Les éléments les plus probants contre cette deuxième version officielle

Le compte-rendu du remplacement de Winfield par Leidig pose problème pour un certain nombre de raisons :

  1. Il est étrange que Winfield, après avoir demandé à Leidig de le remplacer le 11-Septembre, [20] se soit présenté lui-même, dans des émissions de CNN et ABC en 2002, comme ayant été le DDO pendant les attaques. [21]

  2. Le remplacement de Winfield par Leidig, d’après ce que l’on sait à ce jour, n’a jamais été mentionné avant 2003, époque à laquelle la Commission préparait son rapport final.
  3. Une des raisons ayant conduit à l’émergence de cette version en 2003 pourrait provenir du désir de la Commission de supprimer une histoire embarrassante du Rapport officiel :
    • Lors de l’émission de la chaîne ABC en 2002 dans laquelle apparaissait Winfield, il avait déclaré : “La décision de tenter d’intercepter le vol 93 a été prise.” [22]
    • En 2004, la Commission déclara que les militaires n’avaient été informés du détournement du vol 93 qu’après le crash de celui-ci. [23] Compte tenu de cette affirmation, le fait que Winfield soit au cœur de l’histoire officielle aurait été une source d’embarras.
  4. Les réponses de Leidig aux questions qui lui furent posées le 29 avril 2004 suggèrent qu’il ne savait pas un certain nombre de choses qu’il aurait dû savoir. Par exemple, Leidig a déclaré qu’à part le commandant Pat Gardner – qui aurait été son assistant – “il ne pouvait pas se rappeler le nom des autres membres de l’Équipe 2 présents ce jour-là.” [24]
  5. En ce qui concerne la raison pour laquelle Winfield n’assumait pas les fonctions de DDO ce matin-là, la meilleure explication que le Pentagone pouvait fournir était évidemment que “Winfield participait à une réunion organisée par l’USAF pour évaluer des officiers de l’Armée de l’Air.” [25] et que “de telles réunions ne sont généralement pas perturbées sans raison majeure” [26] Cela dit, deux attentats contre le World Trade Center auraient dû constituer une raison suffisamment “significative” pour rappeler Winfield au NMCC.
  6. Winfield fut entendu par la Commission, mais les notes relatives à cette audition ne sont pas publiques. [27]
  7. Bien que les notes de fin de page de deux paragraphes relatifs au DDO dans le rapport de la Commission citent seulement un entretien avec Leidig, laissant entendre de ce fait qu’il avait été le DDO le 11-Septembre (attendu que le Rapport ne suggère jamais que Winfield était le DDO), le rapport n’identifie pas explicitement Leidig comme étant le DDO, mais simplement comme un “officier de l’armée”. [28]
  8. Bien que le pentagone ait dit en 2003 et 2004 que Winfield avait été remplacé par Leidig, le général Myers déclara dans son livre publié en 2009, comme indiqué plus haut, que Winfield était “l’officier de service responsable”.
Conclusion

Le Pentagone n’a pas fourni de version crédible sur les activités de Windfield pendant les attentats. Bien qu’initialement, il y ait eu de bonnes raisons de penser – comme l’ont fait les chaines ABC et NBC en 2002 – que le poste de DDO était occupé par Winfield, le Pentagone a déclaré ultérieurement que cette hypothèse n’était pas la bonne en indiquant que le poste de DDO avait été repris par Leidig. Néanmoins, les graves problèmes liés à cette seconde version suggèrent que le Pentagone et la Commission n’ont pas dit la vérité au sujet des activités du DDO et du comportement de Winfield durant ces attentats.

Si tel est le cas, était-ce pour minimiser le rôle de Winfield en raison du fait qu’après les déclarations du Pentagone et de la Commission en 2004 selon lesquelles les militaires n’avaient été informés du détournement du vol 93 qu’après le crash de celui-ci, Winfield était devenu un handicap suite à son intervention dans l’émission de la chaine ABC en 2002, où il avait déclaré que les militaires avaient pris la décision “de tenter d’intercepter le vol 93” ?

Une enquête est nécessaire pour répondre à cette question.

<< Point précédent, Point suivant >>

Références du Point MC-8
Rapport de la Commission sur le 11/9, New York: W. W. Norton, 2004, p. 37 (pdf: 54).
Par exemple, le colonel de l’Air Force, Susan Kuehl, “le chef du NMCC – qui s’auto-décrit ici- est un DDO entrainé qui supervise les opérations du NMCC.” Voir “Orientation et Tour du Centre de Commandement militaire national (NMCC): Memorandum secret pour enregistrement,” 21 juillet 2003.
Orientation et Tour du Centre de Commandement militaire national (NMCC).” L’un de ses neuf membres était le directeur exécutif de la Commission d’enquête, Philip Zelikow.
‘The Pentagone Goes to War’ : Centre de Commandement militaire national,” CNN American Morning avec Paula Zahn, 4 septembre 2002.
11/9: Interviews par Peter Jennings”, ABC News, 11 septembre 2002.
Richard B. Myers, Eyes on the Horizon: Serving on the Front Lines of National Security (New York : Threshold Editions, 2009), p. 152.
Brigadier General W. Montague ‘Que’ Winfield, Commander, JPAC”, (Joint POW/MIA Accounting Command).
Interview enregistrée du Capitaine Charles Joseph Leidig : Mémorendum sensible de la Commission, pour enregistrement”, 29 avril 2004. Les membres de l’équipe étaient Miles Kara, Dana Hyde, Kevin Shaeffer, John Azzarello, et John Farmer. L’interview s’est tenue dans les locaux du président du JCS, en présence du Colonel Kuehl, un officier légal.
Ibid.
Ibid.
Ibid.
Ibid.
Kean a décrit Leidig comme ayant “occupé le poste de vice-directeur des Opérations au Centre de Commandement militaire national le 11-Septembre”, Auditions de la Commission, 17 juin 2004.
‘Pentagone Goes to War’: Centre de Commandement militaire national”, (CNN); “11/9 : Interviews par Peter Jennings”, (ABC).
Winfield a ensuite déclaré : “Nous avons commencé à recevoir des rapports des chasseurs que nous avions envoyés en interception. La FAA nous tenait informés des estimations de temps, au fur et à mesure que l’appareil approchait … Et à un moment donné, l’heure d’agir est arrivée, et rien ne s’est passé. Et vous pouvez donc imaginer à quel point la situation était tendue au NMCC.” (ABC, 2002)
Interview enregistrée du Capitaine Charles Joseph Leidig. Quatre autres exemples :

  1. Il n’a pas pu nous dire si c’est lui ou bien Gardner qui avait passé les appels d’avertissements au bureau du secrétaire à la Défense et à celui du Président du Comité des Chefs d’états-majors …”
  2. Il ne se rappelait pas s’il y a eu un appel téléphonique avec la Maison Blanche.”
  3. Il ne se rappelait pas qui avait été prévenu que la conférence ATC (Air Threat Conference Call) avait été organisée.”
  4. Il ne se rappelait pas d’appels au NORAD avant l’apparition de la SIEC. A cet instant, l’équipe est revenue au transcript de la conférence ATC (Air Threat Conference) et a lui a rappelé ses déclarations.”
Interview du General Winfield. Les notes manuscrites de cette interview ont été retirées des documents mis à la disposition du public, avec cette note : “Retiré pour raison de sécurité nationale”.
Rapport de la Commission sur le 11/9, p. 463 notes 192, 194.

 

Comments are closed.