Point TT-5 : L’affirmation que la poussière du World Trade Center
Point TT-5 : ne contenait aucun matériau thermitique

<< Point précédent, Point suivant >>

La version officielle

Bien que le NIST n’ait effectué aucun test [1] pour rechercher des traces d’incendiaires (comme la thermite) ou d‘explosifs (comme le RDX ou la nanothermite) dans les poussières du WTC, il a affirmé [2] que de tels matériaux ne s’y trouvaient pas.

Les éléments les plus probants contre cette version officielle

De la nanothermite, “un matériau qui peut être adapté [3] pour se comporter comme un incendiaire (tout comme la thermite ordinaire), ou comme un explosif”, [4] a été trouvé dans quatre échantillons de poussière provenant du WTC, recueillis indépendamment [5] (comme indiqué dans un article [6] rédigé par plusieurs auteurs et publié dans une revue à comité de lecture).

<< Point précédent, Point suivant >>

Références du Point TT-5
NIST, Frequently Asked Questions [Réponses aux questions fréquemment posées] du 30 août 2006 (8/6/2006), question 12.
Le NIST a mené une expérimentation purement théorique et « n’a pas trouvé de preuves d’une quelconque explosion. » NIST NCSTAR 1-9: Structural Fire Response and Probable Collapse Sequence of World Trade Center Building 7 [Réaction au feu de la structure, et déroulement probable de l’effondrement du bâtiment 7 du WTC)]. Version provisoire ouverte aux commentaires du public, août 2008, p. 357.
La phrase est du Dr. Niels Harrit, professeur associé de Chimie au Centre des nanosciences de l’Université de Copenhague. Email envoyé à Elizabeth Woodworth, copie au Dr. David Ray Griffin, 19 juin 2011.
L’édition du printemps 2002 de la AMPTIAC Quarterly Newsletter [Newsletter trimestrielle de AMPTIAC] disait : « Le 221e meeting national de l’American Chemical Society s’est tenu à San Diego et comprenait un symposium sur les applications militaires des nanomatériaux. L’une des 4 sessions s’intitulait “Nanoenergetics”. Cette session a vu s’exprimer différents orateurs provenant de laboratoires gouvernementaux (DOD and DOE) ou du monde académique … Plusieurs sujets furent abordés, dont … les composites intermoléculaires métastables (MICS, pour Metastable Intermolecular Composites), les sols-gels, et les nanomatériaux structuraux … En ce moment même, tous les départements militaires et plusieurs laboratoires du DOE ou universitaires conduisent activement des programmes de recherche destinés à exploiter les propriétés uniques des nanomatériaux qui peuvent potentiellement être utilisés sous des formes énergétiques pour des explosifs sophistiqués ou des matériaux de propulsion … Les nanomatériaux, et tout spécialement ceux nanoénergétiques pourraient être utilisés pour améliorer les composants des munitions … Les matériaux nanoénergétiques offrent des perspectives prometteuses comme composants du Thermobarique (TBX) ou des armes de ce type (TBX-like), du fait de leur haut degré de flexibilité en termes d’énergie libérée et de gestion du déclenchement (de la réaction).» (pp. 43-44)
Le Dr. Steven Jones parle de la traçabilité (“chain of custody”) des échantillons de poussière du WTC dans la vidéo “9/11: Explosive Testimony Exclusive … 1 of 2 (9/11: Explosive Testimony Exclusive, 1e partie”, à 3 min 30 sec et 7 min 58 sec, et à 0 minute dans la 2e partie, 9/11 : EXPLOSIVE TESTIMONY EXCLUSIVE – AE911Truth.org Steven Jones Physicist 2 of 2.
Niels H. Harrit, Jeffrey Farrer, Steven E. Jones, Kevin R. Ryan, Frank M. Legge, Daniel Farnsworth, Gregg Roberts, James R. Gourley, et Bradley R. Larsen, “Active Thermitic Material Observed in Dust from the 9/11 World Trade Center Catastrophe”, The Open Chemical Physics Journal, 2009, 2: 7-31.

 

Comments are closed.