Point TT-8 : Pourquoi les Tours Jumelles se sont-elles effondrées ?
Point TT-8 : Les indices matériels et les témoignages

<< Point précédent, Point suivant >>

Introduction

D’après les différentes variantes de la version officielle concernant la destruction des Tours Jumelles, ces bâtiments ont été abattus par l’impact des avions et par les feux qui s’en sont suivis. Pourtant, des éléments objectifs – à la fois matériels et sous forme de témoignage – remettent en cause cette conclusion.

La version officielle

Les Tours Jumelles se sont effondrées uniquement à cause des impacts d’avion et des incendies consécutifs. C’est la Federal Emergency Management Agency (FEMA) qui fut la première à avancer cette conclusion dans son rapport de 2002 [1]. Cela a été réaffirmé par le rapport de la Commission sur le 11/9 en 2004 [2]. Et confirmé encore une fois par le bien plus conséquent Rapport, remis en 2005 par le National Institute of Standards and Technology (NIST) [3], qui a ajouté par la suite : « Le NIST n’a trouvé aucun élément probant appuyant les hypothèses alternatives qui voudraient que les Tours de WTC aient été abattues par des démolitions contrôlées. » En particulier, le NIST écrit qu’ « il n’existe aucune preuve de détonations ou d’explosions dans la zone située sous l’impact et les étages en feu. » (Cette formulation a son importance, car il peut y avoir eu des explosions causées par les incendies aux étages en feu.) [4]

Les éléments les plus probants

La somme des preuves matérielles et des témoignages montre que le récit officiel – quelle que soit sa variante – est fausse. Mark Loiseaux, le directeur de la société Controlled Demolition Inc. aurait déclaré : « Si je devais abattre ces tours, Je mettrais des explosifs dans les sous-sols pour que le poids du bâtiment aide à faire s’effondrer la structure. » [5]

Les témoignages ajoutés aux éléments matériels montrent que c’est ce qui s’est produit.

Les témoignages

De nombreux pompiers et d’autres personnes ont fait part d’explosions sous l’impact et les incendies dans les étages. Par exemple :

  • Genelle Guzman, la dernière survivante a avoir été extrait des ruines de la Tour Nord, a explique que lorsqu’elle a atteint le 13e étage, quelque 20 minutes avant que la Tour Nord ne s’effondre, elle a entendu une « grosse explosion » et « le mur en face de moi s’est ouvert en deux, et j’ai été projeté de l’autre côté. »
  • Le pompier Edward Cachi a dit : « Alors que mon chef et moi étions en train de regarder la Tour Sud, elle a commencé à s’écrouler. Cela a commencé en dessous, et pas au niveau où l’avion avait frappé … Et ça a continué, boom, boom, boom, boom, et alors, la tour s’est écroulée. » [6]
  • Le pompier Kennet Rogers a dit : « Il y a eu une explosion dans la Tour Sud (le WTC 2) … étage après étage, après étage. Un étage sous un autre étage et ainsi de suite, et quand ça a atteint le cinquième étage, je me suis rendu compte que c’était une bombe, car cela semblait volontairement synchronisé. » [7]
  • Stephen Evans, correspondant à New York pour la BBC, a déclaré : « J’étais en bas de la seconde tour … qui a été frappée … , il y a eu une explosion … la base du bâtiment a bougé … Ensuite il y a eu une série d’explosions. » [8]
  • Le pompier Louie Cacchioli a expliqué qu’au moment où il pénétrait dans le hall d’entrée du WTC, il a vu les portes des ascenseurs totalement explosées. « Je me souviens m’être dit : comment cela a-t-il pu se produire aussi vite si l’avion a frappé tout en haut ? » Lorsqu’il a atteint le 24e étage, il a traversé une épaisse fumée et de la poussière, ce qu’il trouva étrange, « puisque l’avion avait frappé le bâtiment plus de 50 étages plus haut. » [9]

Il existe également des témoignages d’explosions dans les sous-sols eux-mêmes. Par exemple :

  • Le gardien William Rodriguez a expliqué que lui et 14 autres personnes se trouvaient alors dans la Tour Nord, et qu’ils ont entendu et ressenti une explosion en dessous du premier sous-sol où se trouvait son bureau, et ce, avant l’impact de l’avion. « L’étage sous nos pieds a vibré, a-t-il dit, et tout s’est mis à trembler. » « Quelques secondes plus tard, » raconte-t-il, « j’ai entendu une autre explosion, venant de tout en haut [de la tour]. Je ne savais évidemment pas sur le moment, mais c’était l’avion qui venait de percuter la tour. » En tout cas, dit-il, son « collègue Felipe David, qui se trouvait en face d’un monte-charge tout proche, est entré dans son bureau avec des brûlures sévères au visage et aux bras en criant ”Explosion ! Explosion ! Explosion !” » [10]
  • Le récit de Rodriguez est confirmé par José Sanchez, qui se trouvait dans le magasin au quatrième sous-sol. Sanchez a affirmé que lui-même et un collègue ont entendu une énorme détonation qui « a résonné comme une bombe », et que juste après, « une gigantesque boule de feu est sortie du monte-charge. » [11]
  • L’ingénieur Mike Pecoraro, qui travaillait au 6e sous-sol de la Tour Nord, a raconté qu’après l’explosion, lui et un de ses collègues s’étaient rendus au niveau C, où se trouvait une petite salle des machines. « Il n’y avait plus que des décombres, » explique Pecoraro. « Et il s’agissait d’une presse hydraulique de 50 tonnes ! Envolée ! » Ils sont ensuite allés au parking, mais lui aussi n’était plus que décombres. Ensuite au niveau B, il ont découvert une porte coupe-feu faite d’acier et de béton armé, devant peser plus de 130 kg, « était pliée comme une feuille d’aluminium. » [12]

De plus, s’il y a eu des explosions dans les sous-sols des Tours avant qu’elles ne s’effondrent, on pourrait s’attendre à ce que cela ait fait vibrer le sol. En fait, c’est ce que de nombreux témoins ont rapporté, il ont senti le sol vibrer.

  • L’assistante médicale Lonnie Penn a raconté que juste avant que la Tour Sud s’effondre, « j’ai senti le sol vibrer, j’ai fait demi-tour et je me suis sauvée en courant. J’ai couru jusqu’au Financial Center et là, la Tour s’est effondrée. » [13]
  • Le patrouilleur du feu Paul Curran a dit qu’il se trouvait tout près de la Tour Nord lorsque « soudain, le sol a commencé à trembler. C’était comme si un train passait juste en dessous de moi … Et juste après ça, on regarde en l’air, et la Tour est en train de s’écrouler. » [14]
  • Le lieutenant des pompiers Bradley Mann a vu s’effondrer les deux tours. « Peu de temps avant que la première tour ne tombe, dit-il, je me rappelle avoir senti le sol trembler. J’ai entendu un énorme bruit, et ensuite des débris ont commencé à voler dans toutes les directions. Les gens se sont mis à courir. Plus tard, de retour sur les lieux, raconte-t-il, nous avons ressenti à nouveau la même chose : le sol s’est remis à trembler, et nous avons entendu à nouveau un énorme bruit, et ensuite nous avons vu la deuxième tour s’effondrer. » [15]

Les indices matériels

En plus des témoignages d’explosions dans les tours, il existe des éléments matériels provenant de la nature même des effondrements, laquelle comporte des caractéristiques propres aux effondrements déclenchés intentionnellement par une démolition contrôlée. Par exemple :

  • Un déclenchement brusque : dans une démolition contrôlée, le déclenchement de l’effondrement est soudain : à un instant donné, le bâtiment est parfaitement immobile. L’instant d’après, il commence brusquement à s’effondrer. Mais lorsqu’on échauffe l’acier, il ne se casse ou ne se déforme pas brusquement, il plie et se tord. Et donc, si c’était la chaleur qui avait initié l’effondrement, le départ aurait été graduel. Mais comme le montrent les vidéos, la tour était parfaitement immobile jusqu’au moment où elle a commencé à s’écrouler. [16]
  • Droit sur sa base : La chose la plus importante dans une démolition contrôlée d’une tour proche d’autres bâtiments est qu’il tombe droit sur sa base. Mark Loizeaux a expliqué qu’une planification précise est nécessaire pour placer les charges « de manière à abattre [l’édifice] comme nous le voulons, … sans endommager d’autres structures. » [17] Si les Tours Jumelles étaient tombées de coté, au lieur de s’effondrer tout droit, elles auraient causé d’énormes dégâts aux autres immeubles à plusieurs pâtés de maison de là ; mais cela ne s’est pas produit. [18]
  • Accélération rapide et constante : les mesures montrent que lors de l’effondrement de la Tour Nord, elle a accéléré de manière constante à un taux équivalent aux 2/3 de la gravité. [19] Une telle accélération est incompatible avec les explications officielles sur l’effondrement de ce bâtiment. L’explication officielle des effondrements de chacune des deux tours est que la partie supérieure, située au-dessus du point d’impact de l’avion, s’est affaissée sur la structure sous elle et a déclenché l’effondrement total. Si cela s’était produit, les étages en dessous auraient opposé une résistance significative et on aurait observé une décélération de la partie supérieure, voire un impact. Mais comme le montrent les vidéos, et comme les mesures précises du mouvement de la partie supérieure le confirment, les étages supérieurs de la tour sont tombés à travers les étages en dessous d’eux à une accélération constance, et aucune décélération ni aucun impact n’ont été constatés. Cela signifie que l’explication officielle est fausse.
    Il est clair que la plupart des colonnes des étages inférieurs ont été détruites par une force autre que la gravité, comme une force explosive, permettant ainsi à la partie supérieure de tomber sans rencontrer aucune résistance. [20]
    Cette analyse a été validée par des mesures de techniques de vérinage des démolitions de bâtiments, qui utilise en réalité l’impulsion et l’énergie cinétique de la chute d’une partie supérieure pour briser la partie sous-jacente sans utiliser d’explosifs. Dans ces cas-là, la décélération de la partie supérieure est clairement visible. [21]
    Une nouvelle analyse montrant que les colonnes de la Tour Nord n’ont pas pu opposer de résistance lors de l’effondrement a été publiée récemment. [22]
  • Effondrement total : ces tours de 110 étages se sont transformées en des tas de débris hauts de seulement quelques étages, alors que chacune était constituée de 283 colonnes supportant chaque étage, dont 236 étaient de larges colonnes d’acier proches les unes des autres, qui formaient un robuste treillis Vierendeel à l’extérieur, et 47 autres colonnes d’acier à bases massives, formant le coeur de chaque tour. [23]
  • Pulvérisation et nuages de poussière : « Sur les sites du World Trade Center, explique le colonel John O’Dowd du Corps des ingénieurs de l’armée US, on dirait qu’absolument tout – sauf l’acier – a été pulvérisé. ». [24] Bien que cela soit quelque peu exagéré, il est vrai que la plupart du contenu non métallique des bâtiments a effectivement éé pulvérisé en fines particules de poussière, donnant lieu à d’énormes nuages de poussière qui a ôté toute visibilité pendant une demi-heure après chacun des effondrements – même si, d’après la version officielle, les seules forces en jeu, après l’impact des avions, étaient l’accélération gravitationnelle et le feu. [25]

Dans son argumentation contre l’idée que les tours ont été détruites par démolition contrôlée, le NIST a déclaré : « Les preuves vidéo … montrent clairement que l’effondrement a progressé depuis le haut vers le bas. » [26]

L’argument implicite avancé par le NIST était basé sur deux présuppositions : (1) une démolition contrôlée doit nécessairement commencer par le bas, et (2) les effondrements des Tours Jumelles ont commencé en haut.

Cependant, ces deux présuppositions sont fausses.

  1. Comme l’indique la première déclaration de Mark Loizeaux ci-dessus, une démolition contrôlée comment généralement par le bas. Cependant le physicien Steven Jones a fait remarquer que la destruction de haut vers le bas de tours « est inhabituelle dans les démolitions contrôlées, mais tout à fait possible, cela dépend de l’ordre dans lequel les explosifs sont déclenchés. » [27] Inversement, un effondrement gravitationnel naturel imitant le phénomène observé est parfaitement impossible.
  2. Bien que pour la plupart des gens qui les ont vus à la télévision, les effondrements aient semblé avoir été initiés par les impacts d’avion et les incendies consécutifs, ils ont pour une grande part, comme le montrent les témoignages listés ci-dessus, débuté par des explosions dans les sous-sols. Curieusement, ils ont également débuté juste au-dessus des impacts.

Indices sismiques

Des signaux sismiques fournissent un type de preuve supplémentaire que les bâtiments ont été abattus par des explosifs situés sous le niveau du sol et déclenchés tout au début. Ces éléments sismiques sont étudiés dans le Point TT-7 : “Pourquoi les Tours Jumelles se sont-elles effondrées ? Les indices sismiques.”

Conclusion

Pour défendre son affirmation selon laquelle les Tours Jumelles se sont effondrées uniquement à cause des impacts d’avion et des feux consécutifs, le NIST prétend qu’il n’existe aucune preuve que les Tours ont été abattues par démolition contrôlée, et qu’en particulier, il n’y a pas eu d’explosions en dessous des étages en feu.

Pourtant, de nombreux témoins ont fait état d’explosions en dessous des étages où sévissaient les incendies, y compris dans les sous-sols, et d’autres témoins ont senti le sol trembler à l’extérieur.

S’ajoutant à ces témoignages, les effondrements possèdent plusieurs caractéristiques des démolitions contrôlées, qui ne trouvent pas d’explication plausible si l’on exclut ce scénario.

Dans le Point TT-7 : “Pourquoi les Tours Jumelles se sont-elles effondrées ? Les indices sismiques”, nous examinons une autre catégorie d’indices matériels fournis par les sismographes.

Par conséquent, la conclusion qui s’impose est que la position présentée à la fois par le FEMA, la Commission sur le 11/9 et le NIST n’est pas défendable.

<< Point précédent, Point suivant >>

Références du Point TT-8
Answers to Frequently Asked Questions”, Question 2, NIST, 30 août 2006 (8/6/2006).
Cité par Christopher Bollyn dans “New Seismic Data Refutes Official Explanation”, 14 décembre 2004, disponible sur Shroomery.
BBC, “9/11 BBC Correspondent Steven Evans – A Series of Explosions”, 11 septembre 2001; maintenant disponible à “9/11 911FILES Eyewitness BBC Correspondent Steve Evans – A Series Of Explosions.
Greg Szymanski, “NY Fireman Lou Cacchioli Upset that 9/11 Commission ‘Tried to Twist My Words,’ArcticBeacon.com, 19 juillet 2005.
Greg Szymanski, “WTC Basement Blast and Injured Burn Victim Blows ‘Official 9/11 Story’ Sky High”, ArcticBeacon.com, 24 juin 2005.
We Will Not Forget: A Day of Terror”, The Chief Engineer, juillet 2002. “Une partie du kérosène en feu se propagea vers le haut et vers le bas dans les cages d’ascenseur, faisant sauter les portes et les murs à d’autres étages jusqu’aux sous-sols de la tour.” Mais non seulement cela n’apporte pas de réponse plausible au témoignage Louie Cacchioli cité plus haut, mais c’est encore plus vrai pour le récit de Pecoraro et de la presse hydraulique (qui pèse environ 300 kg) et de la lourde porte coupe-feu.
Témoignage oral sur le 11/9 de Bradley Mann, 7 novembre 2001, pp.5-7. Voir aussi Graeme MacQueen, “Did the Earth Shake Before the South Tower Hit the Ground?Journal of 9/11 Studies, 9 juillet 2009, pp. 26 et suivantes.
Richard Gage, le fondateur de l’association Architects and Engineers for 9/11 Truth, insiste sur le déclenchement rapide de l’effondrement des tours dans ses différentes présentations. Voir la vidéo de la discussion “911 Truth on the Fifth Estate Part 1 of 4 Richard Gage – Architects & Engineers For 911 Truth – CBC Canada”, aussi disponible sur YouTube: “9/11: The Unofficial Story (2009)”. Pour la présentation complète de Richard Gage, voir “9/11 Blueprint for Truth … ” (YouTube: ae911truth). Voir aussi “North Tower Exploding by David Chandler” (version sous-titrée), AE911Truth, et Chandler, “Downward Acceleration of the North Tower” (version sous-titrée).
Liz Else, “Baltimore Blasters”, New Scientist, 24 juillet 2004, p. 48.
Voir Gregory Szuladzinski, Anthony Szamboti, et Richard Johns, “Some Misunderstandings Related to WTC Collapse Analysis”, International Journal of Protected Structures, Vol.4, Nr.2, juin 2013.
The World Trade Center: Rise and fall of an American Icon”, History Channel, 8 septembre 2002; (disponible sur newflixhd.com (connexion requise) et aussi disponible sur YouTube).
NIST, “Answers to Frequently Asked Questions”, Question 2, NIST, 30 août 2006 .
Jones, “Why Indeed Did the WTC Buildings Completely Collapse?Journal of 9/11 Studies, septembre 2006/Volume 3, p. 26.

 

Comments are closed.