Point Video-2 : La vidéo montrant les terroristes présumés du vol AA77
Point Video-2 : à l’aéroport est-elle authentique ?
Point Video-2 : Analyse des preuves vidéo officielles du 11/9

<< Point précédent

Introduction

A l’exception de l’image issue des caméras de vidéosurveillance montrant (officiellement) Mohamed Atta et Abdul al-Omari à l’aéroport de Portland dans le Maine, image qui fut transmise à la presse peu après le 11 septembre 2001(voir Point Vidéo-1), la seule preuve photographique montrant l’un des 19 pirates de l’air dans un aéroport a été prétendument prise à l’aéroport international de Dulles à Washington DC – d’où le vol American Airlines 77 a décollé – et a été présentée par Associated Press le jour précédent la publication du rapport de la Commission sur le 11-Septembre en juillet 2004.

Cette vidéo, qui a été validée par la Commission sur le 11 Septembre peut – avec les images vidéo d’Atta et al-Omari, elles aussi ratifiées par le FBI et par la Commission sur le 11 Septembre – être considérée comme la preuve photographique officielle que les membres d’al-Qaïda s’apprêtaient à embarquer dans les avions du 11-Septembre.

La version officielle

A 8 h 20 le 11 septembre 2001, le vol American Airlines 77 a décollé de l’aéroport international de Dulles à destination de Los Angeles. L’appareil a ensuite été détourné par cinq membres d’al-Qaïda, qui l’ont fait s’écraser contre le Pentagone à 9 h 37 min 46 sec. [1] Une caméra opérant en circuit fermé a, selon le rapport de la Commission sur le 11 Septembre [2], capturé les images de ces cinq pirates – Hani Hanjour, Nawaf al-Hazmi, Salem al-Hazmi, Khalid al-Mihdhar, et Majed Moged – traversant le contrôle de sécurité à l’aéroport de Dulles avant d’embarquer dans le vol AA 77. [3]

Les éléments les plus probants contre cette version officielle

Trois types d’indices suggèrent fortement que les prétendues images de ces cinq hommes [4] présentés comme des pirates de l’air d’al-Qaïda ne sont pas authentiques.

En premier lieu, plus de 300 caméras de sécurité situées à l’aéroport international de Dulles le 11 septembre 2001 [5], dont les images étaient conservées 30 jours, ont été scrupuleusement examinées par des techniciens des systèmes d’information et scrutées par des agents fédéraux. [6] Le gouvernement US n’a pas montré la moindre vidéo de ces 300 caméras.

En second lieu, aucune image supposée d’aucun des prétendus pirates de l’air du vol AA77 n’a été divulguée avant le jour précédant la publication du Rapport de la Commission sur le 11-Septembre (en juillet 2004), quand Associated Press a publié une vidéo montrant prétendument les cinq présumés pirates de l’air traversant le point de contrôle de l’aéroport de Dulles à Washington DC.

Cette vidéo pose de sérieux problèmes quant à son authenticité.

  • Bien que la Commission sur le 11 Septembre ait écrit que les (présumés) pirates de l’air al-Mihdhar et Moqed ont passé le point de contrôle de sécurité à Dulles et ont été enregistrés sur un circuit fermé de télévision (CCTV) à 7 h 18, et que Hani Hanjour a été enregistré sur le même CCTV à 7 h 35 [7] deux chercheurs ont fait remarquer que sur une « vidéo de sécurité normale, l’heure et la date sont incrustées dans l’image vidéo par des équipements propriétaires selon un processus authentifié, avec l’identifiant de la caméra et le lieu qu’elle surveille. La vidéo publiée en 2004 ne contient aucune de ces données. » [8]
  • Une analyse par un éditeur scientifique de haut niveau confirme que, bien que les vidéos de sécurité enregistrent typiquement de telles informations, ni la date, ni l’heure, ni le numéro de caméra n’étaient présents. [9]
  • Alors que la plupart des caméras de surveillance 24/24 utilisent des photographies accélérées à intervalles de 1 seconde (pour satisfaire aux limites de stockage de données), la vidéo enregistrée d’al-Mihdhar et Moged a été tournée à 30 images par seconde (30fps), une norme correspondant aux enregistrements de vidéo continue pour le grand public (c.-à-d. considérablement plus que la vitesse normale des caméras de sécurité), ce qui suggère que cette vidéo n’a pas été tournée par une caméra de sécurité à l’aéroport de Dulles.

Suspicion accentuée par le fait qu’au lieu d’être divulguée par le FBI, cette vidéo l’a été par Associated Press qui l’a obtenue d’un cabinet d’avocats « représentant les familles des victimes qui poursuivent les compagnies aériennes et de sécurité pour leur échec à prévenir les attentats terroristes, » [10] et qui ne peuvent en conséquence être considérées comme désintéressées.

Conclusion des deux premiers types d’indices

La vidéo de l’aéroport de Dulles – qui n’a jamais été publiée officiellement et qui montre simplement quelques personnes passant un point de sécurité non identifié à une date inconnue – ne contient aucune information permettant de relier ces images au vol AA 77.

Le troisième type d’indice est qu’il n’existe aucune identification affirmative des prétendus pirates de l’air par le personnel de l’aéroport de Dulles.

  • Le rapport de la Commission sur le 11 Septembre a affirmé que quatre des (prétendus) pirates de l’air du vol AA 77 [11] ont été sélectionnés par l’automate CAPPS (Computer-Assisted Passenger Prescreening System, Système de Vérification Préliminaires de Passagers Assisté par Ordinateur) pour une vérification supplémentaire. (“Hani Hanjour, Khalid al Midhar et Majed Moqed ont été marqués par CAPPS. Les frères Hazmi ont été sélectionnés pour un examen poussé par un représentant du service client de la compagnie aérienne au comptoir d’enregistrement. CAPPS a procédé ainsi, parce que l’un des deux frères n’avait pas de pièce d’identité comportant une photo, et ne comprenait pas l’anglais.”) [12] Pourtant :
    1. Aucun des examinateurs de sécurité n’a déclaré se souvenir d’un des pirates l’air traversant le contrôle de sécurité pour le vol AA 11 [13], et
    2. Les agents d’enregistrement n’ont pas mentionné de marquage CAPPS – ce qui aurait constitué des faits mémorables – dans leurs entretiens avec le FBI :
      • Selon un entretien récemment rendu public (daté du 26 septembre 2001) avec l’agent d’enregistrement à l’aéroport de Dulles, Allex Vaughn, qui s’est occupé des frères al-Hazmi, Vaughn ne mentionne pas qu’ils ont été marqués par le système CAPPS pour un examen additionnel. [14]
      • CAPPS n’est pas mentionné dans l’interview du 12 septembre 2001 avec un stagiaire (nom mentionné sur le rapport du FBI) qui travaillait avec Vaughn à l’époque. [15]
      • M. Vaughn a dit qu’on lui a montré l’image du système de sécurité provenant de la caméra de surveillance voisine #31, qui montrait soi-disant les frères al-Hazmi, mais cet enregistrement n’a jamais été publié. [16]< /li>
  • Le rapport de la Commission du 11/9 a déclaré qu’Hani Hanjour et les frères al-Hazmi occupaient un siège de première classe. L’hôtesse Brenda Brown qui enregistrait les passagers de première classe du Vol AA 77 ce matin-là [17] a été interrogée par le FBI le 17 septembre 2001 et s’est souvenue avoir enregistré quelques passagers lors de ce qu’elle a appelé “une journée peu chargée”, mais ne s’est rappelée d’aucun passager masculin de type arabe. [18]
Conclusion

Selon la Commission du 11 Septembre, il existe une preuve photographique des cinq (prétendus) pirates de l’air du vol AA 77 traversant le contrôle de sécurité à l’aéroport international de Dulles. Cependant :

  • Cette affirmation n’est soutenue par aucune identification incontestable de ces hommes par le personnel de l’aéroport de Dulles.
  • L’affirmation de la Commission selon laquelle une vidéo de surveillance a capturé des images de ces hommes est mise à mal par 4 faits :
    • Bien que l’aéroport international de Dulles soit doté de plus de 300 caméras, le FBI n’en a montré aucune image
    • La seule et unique vidéo connue montrant les pirates de l’air du 11 Septembre a été fournie par un cabinet d’avocats représentant certaines familles de victime qui projetaient de poursuivre les compagnies aériennes et l’industrie de la sécurité, ce qui en conséquence ne peut être considéré comme désintéressé.
    • Les images dépourvues d’incrustation de cette vidéo ne fournissent pas le type de données présentes normalement sur les vidéos de sécurité.
    • La vidéo était considérablement plus rapide que la vitesse normale des caméras de sécurité vidéo.

En conséquence, il n’existe pas de preuve photographique crédible (ou de témoin) montrant que l’un des prétendus pirates de l’air du 11 Septembre s’apprêtait à embarquer dans le vol AA 77, qui s’est prétendument écrasé contre le Pentagone.

<< Point précédent

Réferences pour le Point Video-2
Voir le Rapport de la Commission sur le 11/9, pp 2-4. Voir aussi page 452, notes 11, 14 et 15, et l’article d’Associated Press du 22 juillet 2004. La vidéo de la caméra du point de contrôle n’a jamais été rendue publique par le gouvernement, mais elle aurait été diffusée par une société d’avocats représentant les familles de victimes en 2004, et est maintenant disponible sur YouTube.
D’après l’article d’Associated Press mentionné ci-dessus concernant la diffusion de la vidéo de Dulles, ces images montrent seulement 4 et non pas 5 pirates de l’air supposés. (Nick Grimm, “Commission Report Finalised as 9/11 Airport Video Released,” ABC Radio (Australia), 22 juillet 2004.
David Brent, un informaticien employé par IT System, a déclaré : « En 2001, je travaillais pour un fabriquant qui à l’époque avait son système de vidéosurveillance à l’aéroport international Dulles de Washington, et au Pentagone. Après les attentats du 11/9, j’ai fait partie de l’équipe qui avait la dure tache de visionner toutes les vidéos de l’aéroport, avec plusieurs autres agents qui regardaient par-dessus nos épaules. Avez-vous remarqué que j’ai précisé TOUTES les vidéos ? Ça veut dire chaque image des quelque 300 caméras sur une durée de 30 jours. Cela nous a pris 3 semaines à raison de 15 heurs par jour. » David Brent, “The CSI Effect: How TV is Changing Video Surveillance,” Security InfoWatch, 15 février 2011.
Ibid.
Rowland Morgan et Ian Henshall, 9/11 Revealed: The Unanswered Questions (Carroll & Graf, 2006), p. 118.
Jay Kolar, “What We Now Know about the Alleged 9-11 Hijackers,” par Paul Zarembka, editions, The Hidden History of 9-11, mis à jour dans une 2e edition (New York: Seven Stories, 2008), pp. 3-44.
Rapport de la Commission sur le 11/9, p. 451 (pdf: 468), Note 2.
Ibid., p. 3 (pdf: 20).
FBI, “T7 B17 Screeners 9-11 and Check-In Fdr- FBI 302s- Screener and Check-In Interviews”, Allex Vaughn Interview, 26 septembre 2001.
Ibid., Interview d’un stagiaire (nom censuré), 12 septembre 2001.
Ibid., Interview d’Allex Vaughn, 26 septembre 2001.
FBI, “T7 B17 Screeners 9-11 and Check-In Fdr- FBI 302s- Screener and Check-In Interviews,” Interview de Brenda Brown, 17 septembre 2001.

 

Comments are closed.