Point TT-9 : Comparaison entre les affirmations d’incendies infernaux dans
Point TT-9 : la Tour Sud et les transcriptions radio des pompiers de New York

<< Point précédent, Point suivant >>

Contexte

Ce point de consensus tire son importance du fait qu’un compte-rendu des transmissions radio entre les pompiers de New York réfute de manière implacable l’affirmation selon laquelle des incendies généralisés sévissaient dans le World Trade Center 2 (La Tour Sud) le matin du 11-Septembre.

La version officielle et ses déclarations faisant état de vastes incendies partout dans la Tour Sud (comme mentionné plus haut) ont été échafaudées sans tenir compte des enregistrements de transmissions radio entre les pompiers qui grimpaient à l’intérieur de la Tour, laquelle a été percutée par un avion vers 9 h 03 du matin.

Un rapide examen des quelque 78 pages de la transcription d’un enregistrement de transmissions, qui a été retrouvé dans le World Trade Center 5 et divulgué en novembre 2002, montre que les conversations radio des pompiers ont pu être enregistrées alors qu’ils grimpaient les escaliers dans la Tour Sud et qu’ils arrivaient au 78e étage par différents escaliers, juste avant que le bâtiment s’effondre à 9 h 59.

Cette transcription remet en cause la version officielle qui veut que les étages proches du point d’impact de l’avion [1] aient été soumis à un “brasier infernal”, et que ces incendies aient été de nature à déclencher l’effondrement de la tour.

La version officielle
  1. Le rapport de la Commission sur le 11/9 (2004) dit :

    “À partir de 9 h 21 environ, le chef d’équipe des pompiers qui grimpait dans la Tour s’est trouvé dans l’impossibilité de communiquer avec le poste de commandement dans le hall d’entrée de la tour, car le chef présent dans le hall avait cessé de communiquer sur le canal répéteur numéro 7.” [2]

  2. Le National Institute of Standards and Technology (NIST) a écrit :

    “Le 11 septembre 2001, le kérosène a déclenché des incendies qui ont rapidement embrasé la plupart des 3700 m2 de chaque étage, et ce sur plusieurs niveaux et dans chacune des tours. Cela a généré des brasiers qu’il aurait été impossible d’éteindre, même avec un système de sprinklers intact.” [3]

Les éléments les plus probants

Ces affirmations, pour ce qui concerne la Tour Sud, sont démenties par deux types d’éléments :

  1. Ceux concernant l’arrêt des communications des équipes de pompiers :
    Le 4 août 2002, le New York Times relatait (20 mois avant la publication du rapport de la Commission sur le 11/9, en 2004) qu’une bande-son de 78 minutes contenant les communications radio des équipes de pompiers au 78e étage de la Tour Sud avait été retrouvée, mais que son contenu n’avait pas été divulgué au public. [4] Le 2 novembre 2002, un autre article du New York Times, de Jim Dwyer et Kevin Flynn, [5] parlant de la divulgation de cette bande-son, incluait un extrait de la transcription de ces conversations :

    9 h 25 : Equipe de la 15e Division : “Je viens juste de faire le point avec le directeur de Morgan Stanley. Le 78e étage semble avoir reçu ça de plein fouet, il y a beaucoup de cadavres, mais ils disent que l’escalier est dégagé sur toute la hauteur.”
    9 h 43 : Chef du bataillon 9 : “Dans quel escalier êtes-vous Orio ?”
    Chef de bataillon 7, Orio (Palmer) : “Au centre du bâtiment, ouff, ouff …” [Cage d’escalier B]“
    9 h 48 : 15e Division : ”Qu’est-ce que vous voyez là-haut, chef ?“
    Chef de bataillon 7, Orio (Palmer) : ”Je suis toujours … oufff … dans l’escalier, au 74e. Pas de problèmes de fumée ou d’incendie, les murs sont fendus, alors soyez prudents.“
    9 h 52 : Chef de bataillon Orio (Palmer) : ”7e Bataillon … 15e Division, nous avons deux poches de feu isolées. Nous devrions être en mesure d’en venir à bout avec deux tuyaux“. Dites-le à la radio, 78e étage, de nombreuses victimes, 10-45 codes 1 [morts].” [6]
    15e Division : “Chef, dans quel escalier êtes-vous ?”
    Chef de bataillon 7, Orio (Palmer) : “Escalier Sud, Adam [cage d’escalier A], Tour Sud.”
    15e Division : “78e étage ?”
    Chef de bataillon 7, Orio (Palmer) : “Dix-quatre, de nombreux civils, il va nous falloir deux lignes ici.”
    15e Division : “D’accord dix-quatre, on arrive.”
    Chef de bataillon 7, Orio (Palmer) : “Je vais avoir besoin de deux [sic; en réalité : ‘trois’ – note de l’éditeur] de vos gars Adam, pour venir à bout de ces feux. On a une ligne d’eau tirée qu’on pourrait utiliser, ramenez-là, Kay.”
    15e Division : “D’accord dix-quatre, on monte l’escalier. On est au 77e, escalier B, j’arrive droit sur vous.”
    Équipe de soutien 15e division : “Équipe de soutien à 15e. On est au 71e étage, on arrive.”
    9:57 : Chef de bataillon 7 Tour 1 : “Chef de bataillon tour 1 à bataillon 9, j’ai besoin de vous au-dessus du 79e étage. il y a des escaliers qui grimpent au 79e, kay”
    Bataillon 9 : “D’accord, je suis en route, Orio.” [7]

    D’après Dwyer et Flynn, cet enregistrement “contredit purement et simplement” l’affirmation selon laquelle “l’arrêt catastrophique des transmissions entre les pompiers au World Trade Center avait été causé principalement par la panne d’un appareil électronique appelé ‘répéteur’, conçu pour relayer les transmissions dans les gratte-ciel.” [8]

  1. Ceux concernant la propagation de vastes incendies dans la Tour Sud : La transcription radio montre que :
    1. Dans la Tour Sud, les pompiers avaient atteint les étages 71, 77, 78 et 79 (et peut-être 80), c’est-à-dire, très haut dans le bâtiment.
    2. A 9 h 52, soit 7 minutes avant que la Tour Sud s’effondre rapidement et totalement à 9 h 59 (et en 10 secondes, selon le rapport de la Commission sur le 11/9 [9]), le chef de bataillon Orio Palmer a dit, depuis l’escalier sud :
      “7e Bataillon … 15e Division, nous avons deux poches de feu isolées. Nous devrions être en mesure d’en venir à bout avec deux tuyaux. Dites-le à la radio, 78e étage, de nombreuses victimes, 10-45 codes 1 [morts].”
    3. Les pompiers ont pu grimper jusqu’au 78e étage dans au moins trois cages d’escaliers différentes.
    4. Comme le font remarquer Dwyer et Flynn, à 9 h 56 (soit 3 minutes avant le brusque effondrement), les pompiers ont finalement atteint le lieu de l’incendie au 78e étage dans les deux cages d’escalier A et B :
      “La 15e Division avait enfin atteint l’incendie après une montée éprouvante jusqu’au 78e étage, d’après l’enregistrement. Ils se trouvaient dans la cage d’escalier B. De l’autre côté de l’incendie, des centaines de personnes étaient bloquées par la fumée et les flammes dans les escaliers. Le chef Palmer avait rencontré des incendies similaires dans la cage d’escalier A, de l’autre côté de l’étage.” [10]
    5. Les pompiers étaient calmes et ne manifestaient aucune frayeur :
      • “Les voix, captées sur un enregistrement des transmissions radio du Département des incendies, ne trahissent aucune peur. Les mots sont pragmatiques.
        … nulle part sur cet enregistrement n’apparait d’indications que les pompiers avaient la moindre peur que le bâtiment soit devenu instable et qu’il pouvait s’effondrer.
        ‘Chef, je m’arrête au 44e,’ dit Stephen Belson, un aide de camp à son chef Palmer, à 9 h 25 alors qu’il est en train de monter les escaliers.
        ‘Prends ton temps,’ lui répond son chef.” [11]
      • “Debbie Palmer, la femme du chef de bataillon dont on entend la voix sur l’enregistrement … dit que la bande-son l’a apaisée à propos des derniers instants de son mari :
        ‘Je n’ai pas perçu de peur, ou de panique,’ a-t-elle déclaré au New York Times. ‘Quand l’enregistrement sera rendu public, les gens pourront voir qu’ils ont simplement fait leur boulot, sans peur, par altruisme.’” [12]
Conclusion

Il existe des preuves irréfutables que les équipes de pompiers communiquaient de façon claire entre elles au moment où elles montaient les escaliers du WTC 2.

Le fait qu’ils aient fait leur métier dans le calme n’est pas surprenant, car durant leur expérience professionnelle, un incendie – même celui causé par un impact d’avion – n’avait jamais provoqué l’effondrement d’une tour à structure d’acier, pas même d’un seul étage.

Les preuves irréfutables d’équipes de pompiers opérant dans le calme, de façon méthodique, confiants qu’ils pourraient venir à bout des incendies dans la Tour Sud, démentent les affirmations officielles selon lesquelles les étages proches du lieu d’impact de l’avion avaient été transformés en “brasiers infernaux” et que le bâtiment était devenu instable et sur le point de s’effondrer.

Les éléments de cette transcription radio renforcent les Consensus Points TT-1 à TT-8 [13] dans la démonstration que les Tours Jumelles ne se sont pas effondrées à cause des impacts d’avion et des incendies, comme l’affirme la version officielle.

<< Point précédent, Point suivant>>

Références du Point TT-9
Les étages 78-84 de la Tour Sud ont été touchés par l’impact du Vol 175. (“2 World Trade Center,” 911research.wtc7.net)
Rapport de la Commission sur le 11/9, 2004, p. 300 (pdf-p. 317).
NIST, réponses aux questions les plus fréquentes (dernière mise à jour le 20 septembre 2011). “Question No. 8: Nous savons que les systèmes de sprinklers ont été activés, parce que les survivants ont fait part de la présence d’eau dans les cages d’escalier. Si les sprinklers ont fonctionné, comment pouvait-il y avoir des ‘brasiers infernaux’ dans les Tours Jumelles ?”
Jim Dwyer et Ford Fessenden, “Lost Voices of Firefighters, Some on the 78th Floor,” New York Times, 4 août 2002.
Jim Dwyer et Kevin Flynn, “9/11 TAPE RAISES ADDED QUESTIONS ON RADIO FAILURES,” New York Times, 2 novembre 2002; NYT Interactive, “The Tale of the Tape.”
FDNY. Un “10-45 Code One” signifie “Black tag (victime décédée).”
Extrait de l’enregistrement des pompiers du WTC le 11/9,” transcription publiée le 22 novembre 2002. L’enregistrement des conversations radio peut être écouté en ligne : “Prévenez-moi quand vous atteignez l’incendie.”
Jim Dwyer et Kevin Flynn, “9/11 TAPE RAISES ADDED QUESTIONS ON RADIO FAILURES,” New York Times, 2 novembre 2002.
Kevin Flynn et Jim Dwyer, “Fire Department Tape Reveals No Awareness of Imminent Doom,” New York Times, 9 novembre 2002.
Kevin Flynn etJim Dwyer, “Fire Department Tape Reveals No Awareness of Imminent Doom,” New York Times, 9 novembre 2002.
Jaime Holguin, “Report: FDNY Reached WTC 78th Floor,” CBS News, 4 août 2002, 12:09 PM.
Le 9/11 Consensus Panel, Consensus Points TT-1 à TT-8.

 

Comments are closed.