Point Flt-1 : Une affirmation concernant les avions de ligne détournés

<< Point précédent, Point suivant >>

La version officielle

Le rapport de la Commission sur le 11/9 affirme [1] que quatre avions (les vols American Airlines 11 et 77 et United Airlines 93 et 175) ont été détournés par des pirates de l’air le 11 septembre 2001.

Les éléments les plus probants contre cette version officielle

Les pilotes de ligne sont entrainés à envoyer le code universel de détournement (7500) [2] sur un transpondeur s’ils ont la preuve d’une tentative de détournement, ce qui prévient les contrôleurs de la FAA au sol. Mais les grands journaux [3] tout comme la Commission sur le 11/9 – elle-même – ont fait remarquer que les contrôleurs de la FAA n’avaient pas reçu ce signal. Un document de CNN [4] a montré que les pilotes étaient formés pour envoyer le code de détournement “si possible”. Mais l’action de taper le code ne prend que deux ou trois secondes, alors qu’il a fallu aux pirates, selon la version officielle, plus de 30 secondes [5] pour pénétrer dans le cockpit du vol 93. Le fait qu’aucun des huit pilotes [6] n’ait envoyé ce code jette de sérieux doutes sur l’histoire des pirates de l’air.

<< Point précédent, Point suivant >>

Références du Point Flt-1
Référence: « Afin de faciliter le suivi par le NORAD, tout doit être fait pour s’assurer que les avions détournés émettent le Mode 3/A, code 7500. » Source : Administration de l’aviation civile (Federal Aviation Administration), “Ordre No 7610.4J : Opérations militaires spéciales, chapitre 7. ESCORTE DES AVIONS DÉTOURNÉS”, 21 juillet 2001. Référence : “Hijack Code a Secret Signal of Distress” (Le code de détournement, un signal secret de détresse), ABC News, 3 juin 2005.
Le Christian Science Monitor a parlé de l’absence de l’émission du code (7500) comme d’une « anomalie » (Peter Grier, “The Nation Reels,” sur Christian Science Monitor, 12 septembre 2001). Commission sur le 11/9 : Le Rapport de la Commission sur le 11/9 lui-même reconnait ce dysfonctionnement : « La supervision des contrôleurs par la FAA en ce qui concerne les procédures en cas de détournement part du principe que le pilote de l’appareil notifie le contrôleur par radio en émettant au moyen du transpondeur le code 7500 – un code universel pour signaler un détournement en cours. » p.17.
Document de CNN : « Le vol 11 a apparemment été détourné par des individus armés de couteaux. Les pilotes d’avion sont entrainés à faire face à ce type de situation en gardant leur calme, en obéissant aux ordres (des pirates) et, si possible, en émettant d’urgence le code à 4 chiffres sur un appareil appelé transpondeur. .. Cette action ne prend que quelques secondes, or il semble que ce code n’a jamais été saisi. » “America Under Attack: How could It Happen?”, CNN Live Event, 12 septembre 2011
D’après les bandes censées provenir de l’enregistreur du cockpit du vol UA 93, il a fallu plus de 30 secondes aux intrus pour pénétrer dans la cabine de pilotage (Richard A. Serrano, “Heroism, Fatalism Aboard Flight 93”, Los Angeles Times, 12 avril 2006). L’absence de signal de détresse provenant du vol 11 est discutée ici. (CNN live: “America Under Attack: How Could It Happen?”). Il est clair que les pilotes avaient la “possibilité” d’émettre le code de détournement. D’après la fameuse histoire de Sherlock Holmes, la thèse de « l’intrus qui a pénétré dans l’étable » fut démentie par « le chien qui n’a pas aboyé. » Par analogie, on pourrait dire que la thèse des pirates de l’air à bord des avions du 11/9 est démentie par les pilotes qui n’ont pas entré le code de détournement.
Pour plus d’informations, voir le livre de David Ray Griffin, The New Pearl Harbor Revisited, 2008, pp. 175-79. L’ouvrage est paru en français aux Éditions Demi-Lune, « Un autre regard sur le 11-Septembre, 10 après. Le Nouveau Pearl Harbor 2 »

 

Comments are closed.